Témoignages: sport et dyspraxie. Pourquoi pas ?

Accueil » Non classé, Témoignages » Témoignages: sport et dyspraxie. Pourquoi pas ?
3 mar 2013 | Non classé, Témoignages
Témoignages: sport et dyspraxie. Pourquoi pas ?

 

Bonjour à tous

 

Je me présente je m’appelle Anthony j’ai 22 ans, je vais en faire sourire plus d’un je suis en staps du côté de Rodez et je suis dyspraxique (je l’ai découvers il y a 1 mois et demi).

J’ai contacté l’association dmf 12 qui m ont beaucoup aidé dans les démarches à faire pour adapter mes études .

J’ai envie de témoigner pour dire que être dyspraxique et sportif sont 2 choses complètement possible.

J’ai eu mon brevet des collèges avec beaucoup de points à rattrapé (70 pts je crois), je suis parti en apprentissage chez les compagnons du devoir sa c’est très MAL passé.

J’ai été orienté vers un BEP bio services à Carmaux que j’ai eu alors que ma psychomot m a dit que je n’avais pas de motricité fine (je n’en aurais jamais).

Je suis parti en bac pro sur Montastruc la Conseillère service en milieu rural, une 1er année qui s’est mal passé à peine 8 pour le bac, en 2ème année beaucoup de prof m’ont dit que sa sera compliqué que j’ai le bac mais j’ai tellement eu une rage (vous pouvez pas imaginé) je suis passé de 8 à 10,33 pour avoir mon bac pro.

Ensuite je pensais pouvoir travailler mais aujourd’hui avec un simple bac c’est très compliqué.

J’ai commencé la course à pied pour maigrir j’ai fais 1 semi (en 1h52 du côté de Albi, j’ai du abandonné le marathon de Tarbes à 5 km de la fin sous une température caniculaire mais j’ai fini le marathon de Toulouse en 4h51 car j’ai pas voulu abandonner).

J’ai découverts que j’étais DYSpraxique sa été dur de l’encaisser j’ai mis du temps je voudrais remercier mon groupe de l’époque de m’avoir compris pourquoi j’étais différent d’eux.

Aujourd’hui je suis en STAPS à rodez sa se passe bien hormis la natation (du à la coordination) les exercices de vitesses en athlé, cependant j’ai réussi dans l’ensemble à bien m’en sortir dans les sports co et la muscu.

Tout ça pour dire qu’être dyspraxique et sportif sont des choses compatibles et que dans la vie TOUT EST POSSIBLE du moment qu’on est un guerrier et qu’on aime ce qu’on fait c’est réalisable. Je vous dit pas que ma vie à été rose, mais que je sens que le futur peut être gigantesque.

Je remercie DMF12 pour avoir témoigné le 19 Janvier lors de cet journée d information dans l’aveyron et échangé avec des parents qui ont des enfants DYS.

Si vous voulez discuté avec moi il n’y a aucun souci. (je peux même vous conseiller sur les sports des enfants dys ou même ado)

Comme disait Vitali Klitscko (champion poids lourd de boxe)

 “une vie sans rêve est une vie d’un total ennui”.

Merci de m’avoir lu.

Anthony Meaux

 

 mail :   barcelone810@hotmail.fr

 

 

 

 

1 commentaire sur “Témoignages: sport et dyspraxie. Pourquoi pas ?”

  1. bonjour, je suis enseignant en éducation physique, et parmi mes élèves se trouve un enfant dyspraxique, pourriez vous me donner des liens, des exercices concernant des exercices pour cet élève. il a 16 ans et est en section d’apprentissage en boulangerie.
    J’aimerai donc l’aider a améliorer sa psychomotricité au niveau des membres supérieurs.
    en vous remerciant d’avance.
    Benjamin